Catégories
ACTUALITES HOMEPAGE Les escales de l'École des pôles

Silartik – le jeu_prof

*Qujanaq signifie « merci » en langue inuite

Catégories
ACTUALITES HOMEPAGE Les escales de l'École des pôles

Escape Game

Crédits photo : Oriane LAROMIGUIÈRE /  Le Français, témoin des pôles 2022

Catégories
ACTUALITES HOMEPAGE Les escales de l'École des pôles

Les expos

Crédits photo : Oriane LAROMIGUIÈRE /  Le Français, témoin des pôles 2022

Catégories
ACTUALITES HOMEPAGE Les escales de l'École des pôles

Les Incollables

Crédits photo : Oriane LAROMIGUIÈRE /  Le Français, témoin des pôles 2022

Catégories
ACTUALITES HOMEPAGE Les escales de l'École des pôles

Bilan carbone

Crédits photo : Oriane LAROMIGUIÈRE /  Le Français, témoin des pôles 2022

Catégories
ACTUALITES HOMEPAGE Les escales de l'École des pôles

Fresque polaire

Crédits photo : Oriane LAROMIGUIÈRE /  Le Français, témoin des pôles 2022

Catégories
ACTUALITES HOMEPAGE Les escales de l'École des pôles

Silartik – le jeu

Le jeu

Resterez-vous unis pour sauver l'Arctique ?

Vivez l'expérience de la gouvernance du Grand Nord en naviguant entre enjeux climatiques et géopolitiques !

Silartik est un jeu de plateau pédagogique développé par Témoins Polaires pour comprendre les enjeux climatiques et géopolitiques de l’Arctique.

Pourquoi les régions polaires sont l’épicentre du dérèglement climatique ? Quelles ressources attisent les intérêts en Arctique ? Qui fait partie du Conseil de l’Arctique ? Quelles lois peuvent être votées ?

Silartik s’inspire du Conseil de l’Arctique, un forum intergouvernemental créé en 1996 pour promouvoir la protection de l’environnement en Arctique par la coopération entre états signataires.

En incarnant un membre du conseil de Silartik, les joueurs prennent conscience de l’impact global du dérèglement climatique et de la difficulté de coopération internationale, grâce à des mécanismes de jeu à la fois compétitifs et coopératifs.

Déjà joué par

0

élèves

En attendant une diffusion plus large, seuls 200 exemplaires du jeu Silartik sont pour l’instant proposés gratuitement aux lycées des régions AURA, Centre-Val de Loire, Corse, Grand-Est, Normandie et Nouvelle-Aquitaine.

Vous êtes enseignant dans l’une de ces régions et souhaitez intégrer le parcours Silartik à votre programme pour l’année scolaire 2024/25

Inscrivez-vous via le formulaire ci-dessous :

Merci à l’ensemble des mécènes financiers de ce projet, dont: 

Merci pour le mécénat de compétences de :

*Qujanaq signifie « merci » en langue inuite

Catégories
ACTUALITES Évènements HOMEPAGE Les escales de l'École des pôles

ATKA rejoint l’aventure Témoins Polaires

Atka rejoint l'aventure Témoins Polaires
DCIM100MEDIADJI_0027.JPG

Grâce à l’aide d’un mécène privé, Témoins Polaires a racheté le voilier Atka dans le but de faire une expédition scientifique en Arctique en 2024, 2025, 2026.

L'histoire de Atka

Atka qui signifie « Brise-glace » et « Gardien des esprits » en Inuit a été baptisé ainsi par François Bernard son propriétaire de 2016 à 2023.

Le voilier a été conçu pour naviguer dans les eaux glacées des régions polaires. Il peut donc résister à la glace notamment grace à sa double coque en aluminium. Il mesure 15 mètres de long et a un mat pivotant de 19 mètres.

Entre 2016 et 2023, Atka a réalisé des expéditions scientifiques. Il embarque également à son bord des sportifs, des artistes et des enfants pour une grande aventure polaire.

Atka repart au large du Groenland

Avant de partir en 2024 pour une nouvelle expédition scientifique, Atka et toute la team de Témoins Polaires ainsi qu’Olivier Mesnier, membre du Conseil d’administration du fonds de dotation et capitaine d’Atka, mettent le cap au large de l’Islande.

Au programme de ces deux semaines, formation sur les régions polaires, repérage pour la future expédition scientifique, ramener des images et du contenu pour les supports pédagogiques de l’École des Pôles.

 

L'expédition de 2024, 2025, 2026

Témoins Polaires reprend le flambeau de Ben (François Bernard) en s’inspirant des projets pédagogiques développés par son équipe de scientifiques.

L’objectif pendant ces 3 ans est de dresser un portrait multidisciplinaire de l’Arctique au 21ème siècle en terme d’océanographie, de biodiversité, de glaciologie et de climatologie en partenariat avec des laboratoires européens.

Par la suite, nous restituerons les résultats en faisant de la vulgarisation scientifique pour sensibiliser le grand public et les jeunes générations aux impacts du dérèglement climatique.

Catégories
ACTUALITES Évènements HOMEPAGE Les escales de l'École des pôles

L’escale de bassens :Une première escale à terre

L'escale de bassens :
Une première escale à terre
Bassens_250423_41

C’est lors de l’escale de Bassens que l’École des pôles a mis pour la première fois un pied à terre. Au programme, ateliers polaires, conférences, exposition de photographies sur les régions polaires et l’explorateur polaire Jean-Baptiste Charcot.

Les ateliers polaires

Du 24 avril au 12 mai, nous avons accueilli à la Ferme de Bressieux 700 élèves pour les sensibiliser au dérèglement climatique via le prisme des régions polaires.

Pour l’occasion, nous avons décoré la salle mise à disposition par la Mairie de Bassens avec des animaux polaires, un igloo, la carte de l’Arctique et de l’Antarctique, le gramophone de Jean-Baptiste Charcot et son bilboquet, des objets rappelant des épisodes de la vie de l’explorateur polaire.

En décorant ainsi les lieux, nous voulions continuer à émerveiller les jeunes grâce à la beauté des régions polaires.

Les scolaires de Bassens et ses alentours ont donc participé à nos ateliers gratuits. Ils ont pu découvrir les pôles au travers du quiz polaire et une expérience scientifique, une fresque polaire et trouver tous ensemble des solutions pour préserver l’environnement.

L'exposition sur Jean-Baptiste Charcot

La Ferme de Bressieux a accueilli au même moment que notre escale de Bassens, une exposition sur le célèbre explorateur polaire Jean-Baptiste Charcot.

Les élèves ont donc commencé leur voyage vers les régions polaires en découvrant l’incroyable vie de Jean-Baptiste Charcot, de son enfant en passant par ses années de médecine jusqu’à son naufrage avec le « Pourquoi pas ? IV » en 1936.

Une exposition proposée par Anne Manipou-Charcot, l’arrière petite-fille de Jean-Baptiste Charcot et membre du Conseil d’Administration de Témoins Polaires.

Les conférences polaires

Rémy Marion (spécialiste des régions polaires), Anne Manipou Charcot, Marie-Béatrice Forel (maître de conférences au Muséum national d’Histoire naturelle), Hervé Gaymard (conférencier et président du département)  et Jean-Baptiste Bosson (glaciologue) sont intervenus lors de la première conférence pour parler des enjeux climatiques liés aux régions polaires et l’importance de préserver ces régions pour le climat mondial.

« C’est comme si on vivait sur un héritage, on est actuellement dans l’abondance mais demain lorsqu’on aura tout consommé comment vivrons nous ? » Jean-Baptiste Bosson, Glaciologue.

La deuxième conférence « Dernières nouvelles de l’ours polaire » présentée par Rémy Marion nous a fait partir à la découverte de l’ours polaire. L’animal le plus emblématique de l’Arctique.

Aujourd’hui, on compte entre 26 000 et 31 000 ours polaires. L’espèce est menacée notamment par les changements climatiques mais elle n’est pas en voie d’extinction.

Anne Manipou Charcotet Marie-Béatrice Forelnous ont fait traverser le temps en présentant les travaux de recherche de Jean-Baptiste Charcot lors de la conférence « De Jean-Baptiste Charcot à aujourd’hui : comprendre l’impact du dérèglement climatique ».

Exposition photographies par Rémy et Catherine Marion

Catégories
ACTUALITES Évènements HOMEPAGE

Marins des glaces : objectif baie Marguerite

Marins des glaces :
objectif baie marguerite
327038940_138855015436606_6435784096421552188_n
Depuis début janvier 2023, les 7 aventuriers et aventurières du projet pédagogique Marins des glaces sont partis à bord du voilier l’Île d’Elle en direction de la baie Marguerite. Ils ont embarqué avec eux 16 000 jeunes des 4 coins du monde (Nouvelle-Zélande, Canada, Belgique, Niger, Tawaïne…).

Une aventure sur les traces de Jean-Baptiste Charcot.

Il y a 120 ans, Jean-Baptiste Charcot est parti, à bord de son navire Le Français, explorer le continent Antarctique. Il effectua, avec son équipage (une vingtaine d’hommes), de mars à décembre 1904 un hivernage pendant lequel, ils étudièrent, l’astronomie, les courants et les marées, la géologie, la zoologie, la botanique… À leur retour, ils partagèrent leurs recherches scientifiques en 18 volumes de rapports.
 

120 ans plus tard, les aventuriers et aventurières du projet Marins des glaces ont jeté l’ancre de l’Île d’Elle à Port-Charcot, une baie au nord de l’île Booth nommée en l’honneur de Jean-Martin Charcot, père de Jean-Baptiste Charcot. C’est à cet endroit que ce dernier se bloqua dans les glaces du continent Antarctique pour l’étudier.

Leur objectif, la baie Marguerite a quant à elle été nommée par Jean-Baptiste Charcot en l’hommage de son épouse Marguerite.

Une aventure de rencontres 

C’est le mardi 6 février que les 7 aventuriers et aventurières de Marins des glaces ont atteint la baie Marguerite. Durant leur expédition, qui se termine au mois de mars, ils ont fait la rencontre de nombreux animaux polaires comme une baleine à bosse qui a tournoyé pendant 15 minutes autour du voilier avec douceur et curiosité.

Ils ont également croisé sur leur route les scientifiques de la base ukrainienne Akedemik Vernadsky. À l’origine anglaise et cédée pour 1£ symbolique à l’Ukraine, la base accueille 14 scientifiques et abrite le bar le plus austral du monde. Pour la petite anecdote, l’architecte qui devait construire une salle de réunion a considéré qu’un lieu de convivialité serait plus adapté et a décidé de construire un pub. 

À leur arrivée en baie Marguerite, les aventuriers et aventurières ont également fait la rencontre des scientifiques anglais de la base Rothere sur l’île Adelaïde. 

Une aventure pleine de partages

Les 7 aventuriers et aventurières partagent chaque semaine avec les 16 000 élèves inscrits au projet  des informations sur les régions polaires, des observations de la faune et de la flore et des émotions comme leur arrivée à Port-Charcot grâce à l’envoi de colis. 

8 colis ont déjà été envoyés avec pour thème, se déplacer, communiquer, s’orienter, s’alimenter… 

Vous pouvez les retrouver sur la page Marins des glaces et les télécharger pour commencer l’aventure.

Les aventuriers et aventurières font actuellement cap vers Ushuaïa, la ville la plus australe du monde. 

Crédits photo : Matthieu TORDEUR /  Le Français, témoin des pôles 2022